Opinion – Billet d’humeur. « Vivre libre ou mourir »

 

« Vivre libre ou mourir »

C’est la devise que le Lieutenant Tom Morel, a légué à ses hommes lors d’une cérémonie sur le plateau des Glières, en l’hiver 1944.

5ca15de076de6dc03c8b45d0

Sources:   https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/pourquoi-emmanuel-macron-et-nicolas-sarkozy-se-sont-il-rendu-sur-le-plateau-des-glieres

Cette devise symbolise les grandes qualités de bravoure, d’abnégation dont a fait preuve ce jeune Lieutenant de Chasseurs Alpins, âgé de seulement 24 ans. Mais pas seulement, sa première qualité est d’avoir été un chef simple, humain, à l’écoute de tous ses hommes, forçant le respect.

téléchargement (1)

En mars, le maquis des Glières bénéficie de l’arrivée de 120 maquisards du Chablais et du Giffre. Tom Morel décide alors de mener une autre opération, plus importante et plus risquée, contre l’état-major du G.M.R. Aquitaine à Entremont au pied du plateau des Glières. En effet, l’officier de paix Couret, commandant par intérim du G.M.R., n’a pas respecté ses engagements à l’égard de la Résistance et son chef, le commandant Lefebvre, arrivé le 7 mars, a refusé toute discussion avec le maquis. Plus d’une centaine d’hommes participent à l’opération dans la nuit du 9 au . Un des groupes, commandé directement par Tom Morel, réussit à prendre l’hôtel de France, siège de l’état-major des G.M.R (de nos jours unités devenues les CRS) Les maquisards désarment leurs prisonniers, mais le commandant Lefebvre – qui avait gardé une arme sur lui – tire sur Tom Morel .

Le corps du lieutenant Théodose Morel est remonté sur le plateau des Glières où il est enterré le 13 mars après une cérémonie religieuse. Le 2 mai suivant, son corps est descendu dans la vallée et il est aujourd’hui inhumé au cimetière militaire de Morette, devenu Nécropole nationale des Glières en Haute-Savoie.

Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Morel

Il a su réunir dans le même espoir de liberté retrouvée, des gens que tout opposait :  Militaires du rang, de l’Armée secrète, des Francs-tireurs, des partisans, des hommes venus d’autres pays d’Europe et de plus loin encore.  Catholiques, Juifs, communistes, royalistes, de droite, de gauche. Oui c’est bien cela, la première qualité d’un chef, unir ! Quel affront à ces hommes et à ces femmes de voir leur mémoire commémorée, ce matin du 31 mars 2019, par deux hommes assis côte à côte, qui n’ont eu et n’ont de cesse d’opposer les français, de cliver sans honte pour asseoir une autorité néfaste. Je parle de Messieurs Sarkozy et Macron ! Pour l’un, c’est « ceux qui vivent au crochet de la société, ceux qui ne se lèvent pas le matin, les retraités sont à la charge de ceux qui travaillent ». Pour l’autre c’est, « ceux qui ne sont rien, ceux qui manifestent au lieu de chercher du boulot, il suffirait de traverser la route pour en trouver, ces femmes illettrées de Loué, et que dire des charges contre les fonctionnaires, des Gaulois réfractaires, les retraités, contre les Gilets Jaunes qui seraient complices des violences, par le simple fait de rester debout dans la rue. Que dire d’un homme qui a humilié un grand général respecté, reconnu par ses hommes ! Un général méprisé par un homme de 41 ans, n’ayant jamais porté l’uniforme, ignorant tout du métier des armes et qui dit, « le chef des armées, c’est moi ». Il ne suffit pas de l’affirmer        au nom de la Constitution, pas plus que de porter une combinaison de la Chasse et des lunettes de soleil, façon TOP GUN !

téléchargement

Comme pour être un grand Président de la République, être le Chef des Armées, c’est avoir les mêmes qualités que Tom Morel, aimer ceux que l’on commande comme l’écrivait si bien, Antoine de Saint Exupéry.  Unir les femmes et les hommes autour d’une grande idée de la fraternité et de la camaraderie, les respecter, être et rester fidèle à ses idées et à ses valeurs. Tout le contraire du fonctionnement de ces deux hommes commémorant les Maquis, aujourd’hui en Haute Savoie.

 

Ils bafouent l’héritage moderne et inégalé du Conseil National de la Résistance qui avait été voulu par le Général de Gaulle.

téléchargement (2)téléchargement (3)

Ils n’ont même pas honte d’instrumentaliser la mémoire de ces résistants. C’est inacceptable, voir immoral, ils portent une politique  ultralibérale et destructrice pour les humains, la nature et pour notre planète !

images (7)

Je comprends mieux maintenant, ce que m’avait confié Raymond Aubrac, lors de notre rencontre à Blanzy, peu de temps avant sa disparition en présence de Madame Jarrot, Maire de Montceau les Mines, elle-même fille d’un grand résistant. J’expliquais à Monsieur Raymond Aubrac, que nous avions créé notre association après l’appel des résistants de mars 2005, appel dont il était signataire. Je lui expliquais la mission que nous nous sommes fixés, la défense et la représentation des chômeurs, des précaires ou de toute personne vivant des situations difficiles, handicap, personnes âgées, exclus, etc. Alors après m’avoir écouté le vieux Monsieur m’a pris les deux mains, m’a regardé droit dans les yeux, et m’a dit, « vous savez à mon âge, je ne vais pas reprendre une mitraillette et descendre dans la rue, et pourtant ! Mais vous savez, nous n’en sommes même plus là, occupez-vous des jeunes, je les rencontre, je vais dans les écoles, ils sont désespérés », j’en était ébranlé et en même temps très fier de la mission qu’il m’avait confiée.

000_Par6999410

J’ai repensé à ce que nos anciens avaient écrit pour clôturer leur appel de 2005, « résister c’est créer, créer c’est résister. La flamme de la Résistance ne doit jamais s’éteindre.  Cette flamme brûle en moi depuis cette belle et ultime rencontre. 

 

47489786_2153749611557185_3186846543718121472_o (1)

J’ai rejoint les Gilets Jaunes, non pas comme Président du MNCP71, mais en qualité d’homme libre ! J’ai découvert des femmes et des hommes très différents les uns des autres, mais tous portés par l’envie de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. A Pont Jeanne Rose, pas de violence, pas d’injure, juste une volonté commune. Des Citoyens se parlent, échangent, ils redécouvrent ce que tous   ces modes de communications modernes, nous ont enlevés !

Stephane-Le-Foll-Remy-Rebeyrotte a

Je parlais plus haut dans ces écrits, des valeurs que toute personne en responsabilité doit avoir, qui sont à mon sens fondamentales et quand je lis les déclarations du Député Rebeyrotte, que de haine, que de stéréotypes, de mensonges. Il n’a de cesse d’opposer les citoyens. Il oublie que ces gilets jaunes viennent aussi de sa circonscription et que ce sont aussi des électeurs respectables, eux ne l’oublieront pas, c’est certain. Maintenant, vis-à-vis de cet homme et cette fois en tant que Président du MNCP71, j’ai eu une expérience similaire avec lui!  Maire d’Autun, alors socialiste, il nous accueillait les bras ouverts, de façon chaleureuse. Devenu Député de la droite libérale, tout a changé, non de La REM, pardon (quoi que !) ! Méprisant, insultant, lors des deux seuls rendez-vous avec lui depuis son changement de camps. Il m’a traité de Mélenchon, moi homme libre n’adhérant à aucun parti, mais contrairement à lui, fidèle à mes idées, avec une conception de l’honneur qui n’est visiblement pas ou plus la sienne. C’est le même mépris dont il a fait preuve envers les gilets jaunes. Sur Creusot Infos, deux femmes ont témoigné du comportement de ce Député, je suis convaincu que leurs témoignages sont vrais et sincères, car il à eu le même comportement, vis à vis de moi  !  à lire ici

7789650_bd3a38e2-7614-11e8-9d1a-96cec5ced457-1_1000x625

Ce n’est pas digne ! Mais après tout, comment lui reprocher quand on voit son mentor célébrer la mémoire de la résistance, tout en démolissant méthodiquement le modernisme des avancées sociales et humanistes, que ces gens ont gagné pour nous au prix du sang . Encore une fois cette instrumentalisation de la résistance est indigne. Indignez-vous, puis engagez-vous, c’est aussi le message d’un grand résistant Monsieur Stéphane Hessel, lui aussi signataire de l’appel de 2005, soyons donc dignes et pacifistes, mais déterminés, engageons-nous.

Hessel_stephane_1917_2013_Indignez_vous_

Monsieur le Préfet de Saône et Loire, comment pouvez-vous signer des décrets pour soustraire à la vue des automobilistes, les Gilets Jaunes dont la mobilisation dérange les pouvoirs publiques! Un pays qui utilise les menaces judiciaires pour éteindre les mécontentements, est-il digne d’une démocratie ? que dit le droit international en la matière ? La France a connu de grands Préfets, un dont les cendres sont entrées au Panthéon c’est lui notre modèle, avec d’autres, comme tous ceux de l’appel de 2005, comme Lucie et Raymond Aubrac, le Général Costa de Beauregard, Challan Belval, Delestraint et combien d’autres, la liste est longue.

images (4)

Toutes ces femmes et ces hommes qui, même face à la mort, sont restés debout et dignes. Jamais ils n’ont trahi leurs idéaux, n’en déplaise à certaines personnes évoquées ici. Mais peut être mes propos éveilleront leurs consciences d’humains, qui sait ? 

images (5)

La flamme de la résistance ne doit jamais s’éteindre, nous en sommes toutes et tous les héritiers.  Comme pour notre planète, il est un devoir de la préserver pour nos enfants, petits-enfants et générations suivantes !    

images (6)

N’en déplaise au Député Rebeyrotte, nous ne soutenons aucune violence de quel ordre que ce soit et contre qui que ce soit, nous appelons les citoyens à un soulèvement pacifique contre l’injustice sociale et le mépris, comme l’avaient fait nos anciens en 2005 !

Pascal Guillemoz du MNCP71A

 

voir également: Résistance

 

 

 

téléchargement (4)

Le , le général de Gaulle lui décerne à titre posthume la croix de la Libération. Voici le texte de la citation du lieutenant Théodose Morel pour la croix de la Libération :

« […] Déjà fait chevalier de la Légion d’honneur à vingt-quatre ans pour avoir capturé une compagnie italienne sur le front des Alpes en juin 1940. Instructeur à Saint-Cyr en novembre 1942, a aiguillé ses élèves vers la Résistance, s’est lancé lui-même corps et âme dans la lutte contre l’envahisseur, agissant tour à tour comme camoufleur de matériel, agent de renseignements, propagandiste. Démasqué par l’ennemi, s’est jeté avec une immense foi dans le maquis savoyard. Sans armes, a attaqué en combat singulier un officier allemand qu’il a réduit à l’impuissance. Devenu chef du bataillon des Glières, a été l’âme de la Résistance du Plateau, son chef et son organisateur. Le 9 mars 1944, après avoir enlevé d’assaut le village d’Entremont, a été assassiné lâchement au cours d’une entrevue qu’il avait demandée à ses vaincus pour épargner une effusion inutile de sang français. Restera dans l’épopée de la Résistance une incarnation du patriotisme français et l’un des plus prestigieux martyrs de la Savoie […]. »

— Journal officiel du 22 novembre 1944

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.