Faire payer le ‪chromage aux chômeurs : une vieille idée du Medef et de la droite

 

 

  • Michel Sapin confirmé propos Myriam El Khomri. Le gouvernement envisage dégressivité allocations chômage.

    Michel Sapin a confirmé les propos de Myriam El Khomri. Le gouvernement envisage bien la dégressivité des allocations chômage. – SIPA

    1 / 1
  • Finances a confirmé la déclaration de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, faite ce dimanche sur BFMTV.

La dégressivité des allocations chômage est bel et bien une piste. Michel Sapin a en effet expliqué ce lundi qu’elle était envisagée dans le cadre des négociations à venir sur la réforme du dispositif, confirmant ainsi les propos de la ministre du Travail. Myriam El Khomri avait indiqué ce dimanche sur BFMTV que « toutes les pistes devaient être étudiées pour négocier les nouvelles règles de l’assurance chômage, y compris la dégressivité des allocations ».

La formation pour les chômeurs

Le ministre des Finances a par ailleurs précisé que cette dégressivité devrait s’accompagner d’un renforcement des droits à la formation pour les chômeurs.

« Ça fait partie des choses qui sont sur la table et qui seront discutées par les partenaires sociaux », a déclaré Michel Sapin sur iTELE à propos de la dégressivité des allocations chômage. Mais il ne faut pas « se focaliser sur un seul point, a ajouté le ministre. C’est une piste qui doit s’accompagner d’autres. Si vous êtes dans la dégressivité d’un côté, vous devez être (…) dans l’augmentation des droits à la formation, des droits à la reprise de l’emploi. »

Si les chômeurs bénéficient en contrepartie de plus de formation et qu’on leur donne « plus de chance de retrouver plus vite un emploi, je pense que tout le monde est gagnant », a estimé Michel Sapin.

De 1992 à 2001 : la dégressivité déjà en place

Myriam El Khomri a par ailleurs déclaré ce dimanche que, en cas d’échec des négociations patronat-syndicats sur une nouvelle convention d’assurance chômage, le gouvernement « prendra ses responsabilités ».

« La dégressivité avait été mise en oeuvre de 1992 à 2001, elle n’a pas montré, d’après les études, que ça avait joué un rôle sur les personnes les plus en difficulté. Il faut regarder les choses de façon non passionnée et mettre en oeuvre cette nouvelle convention pour favoriser le retour à l’emploi », a-t-elle poursuivi.

La dette de l’assurance chômage explose

L’actuelle convention court jusqu’au 1er juillet et les partenaires sociaux doivent entamer leurs tractations à la mi-février. Avec l’explosion du chômage, la dette de l’assurance chômage devrait atteindre 29,4 milliards d’euros fin 2016. Lors de la négociation sur une nouvelle convention, les partenaires sociaux devront « travailler sur une diminution de la dette », mais la négociation « ne doit pas être que financière, elle doit permettre un retour à l’emploi », a fait valoir la ministre.

En présentant son plan pour l’emploi le 18 janvier, François Hollande avait souligné qu’en France « la durée d’indemnisation est la plus longue d’Europe », mais que la « durée de formation des chômeurs » était « la plus courte ». « Pourquoi nous n’arrivons pas à former plus de demandeurs d’emploi ?, s’est interrogée Myriam El Khomri Il faut que le temps soit un temps plus utile qui permette d’améliorer les choses. »

 

Laisser un commentaire