Quand une partie des souvenirs d’enfance s’en vont avec ceux qui l’ont peuplé. (Hommage à Madame Dufour)

Source photo de couverture :  https://maitron.fr/spip.php?article23222

Il y a des instants où dans la vie, l’annonce du départ d’une personne, fait remonter   les bons moments d’une enfance heureuse et paisible. Que de nostalgie du temps passé si vite, que de bonheurs simples. Il y a des êtres qui peuplent votre mémoire et d’autres qui restent à jamais attachés à votre vie. Je viens d’apprendre le décès de Madame Dufour, l’épouse de Camille Dufour, l’ancien Maire du Creusot. La situation de pandémie actuelle n’a pas permis de lui rendre hommage. Mais peu importe puisque dans le cœur de l’enfant que j’ai été, elle restera à jamais. Que dire de Marthe Dufour, une gentillesse, une douceur qui s’affichait sur son visage, mais pas que. Elle était croyante, mais pas croyante comme beaucoup se le disent, Madame Dufour a été une personne qui faisait vivre sa foi par ses actes, discrète et modeste au service des autres. C’est drôle comme les gens de foi et de bien, ont en commun un regard, qui rayonne de bonté.

 

 

Quand je dis qu’une grande partie de mon enfance vient de partir, c’est bien plus que cela.  Même si je ne suis pas croyant, je pense qu’il y a des êtres de bonté, de ceux qui construisent nos vies d’adulte et Madame Dufour est une de ces personnes. Elle est aussi une de ceux qui, au fond de moi ont crée ce rejet de l’injustice,  qui est la source de mes engagements d’homme libre.

 

Je vais vous raconter

Mes parents venus après-guerre au Creusot, depuis le département de l’Ain berceau de ma famille, rejoignant mes grands-parents, qui avaient acheté un commerce, aux Groisons, c’est comme cela que je suis né Creusotin. Mes parents avaient fait construire entre le quartier Saint Henri et les Groisons.  Camille et Marthe Dufour, étaient nos voisins de derrière, comme il était de coutume de le dire, puisque résidents dans une rue parallèle, où nos jardins se touchaient. Nous les côtoyons lors des moments de jardinage de mes parents. Puis vint la période du catéchisme, à laquelle bien que réfractaire, enfant au caractère déjà affirmé, je ne pus échapper comme une majorité d’enfants de mon âge.   Cela était de la part de mes parents, plus de tradition que par conviction religieuse.

Je me retrouvais donc chaque jeudi, puis les mercredis, les rythmes scolaires ayant été changés, chez nos voisins parmi garçons et filles de notre quartier.  C’était Madame Dufour qui était notre catéchèse, elle devenait une nouvelle mamie, que sa douceur et sa gentillesse nous avaient fait adopter très vite.

C’était devenu un plaisir pour moi, de traverser le jardin de mes parents, puis celui de Camille pour rejoindre la douceur de ces moments qui laisse dans ma mémoire des souvenirs émus.

 

Je vais vous raconter deux anecdotes pour clore mon modeste hommage.

Un jour à la fin de l’année scolaire, le catéchisme s’arrêtant aussi pour les vacances, Madame Dufour, sur nos cahiers de caté, nous avait fait faire un collage à l’aide d’allumettes, qui avait pour sujet l’arche de Noé. Au retour de vacances, elle nous demanda de sortir nos cahiers de nos pochettes. Ce que je ne fis pas, elle s’en étonna et me questionna. Je lui répondis alors que cela n’avait pas été une bonne idée d’utiliser des allumettes collées pour représenter la célèbre embarcation, puisque, par de tristes circonstances, pendant les vacances mon cahier s’était consumé à cause des allumettes. A ce récit, aucune colère ne transparut sur celle qui m’interrogeait, bien au contraire le doux sourire maternel que nous lui connaissions tous, apparut. Je ne sais pas aujourd’hui encore, si connaissant mon esprit d’enfant taquin, mais respectueux, elle n’avait donné crédit à mes propos. Elle avait bien raison, puisque ce jour-là j’ai fini par poser mon cahier intact sur la table du salon.

La dernière anecdote, enfant passionné de lecture en particulier sur l’aviation et sur l’épopée des héros de l’Aéropostale, souvent je me laissais aller à dessiner sur ce même cahier l’avion des Mermoz, des Guillaumet et des Saint-Exupéry, ceux-là qui peuplaient les rêves d’aventure du gamin de 10 ans que j’étais.   Madame Dufour avait dû relater à son époux, mes dessins.

 

Un midi la séance de caté se terminant, Madame Dufour, trouva un motif pour me retenir après le départ de mes copains et copines. Camille qui à cette époque, était ouvrier à l’usine, rentra bientôt du travail. Il me dit d’attendre un instant, puis il monta dans son grenier.Il tenait quelque que chose dans ses bras qu’il me tendit tout souriant, en me disant « tient c’est pour toi », quel cadeau, quel trésor ! Ma joie a dû à cet instant, illuminer la pièce entière.

 

C’était un jouet qui avait dû appartenir à un de leurs enfants, devenu adulte. Un aérodrome en tôle, qu’un avion, fixé sur une tige métallique survolait, mu par un mécanisme remonté par une clé, qu’une manette permettait de le faire décoller et atterrir.

 

Plus tard, Camille a quitté l’usine pour devenir le Maire de notre ville, dans une période funeste il fut l’artisan du renouveau du Creusot, il s’y est consacré avec courage et force de conviction. On dit souvent que derrière chaque grand homme, il y a une grande femme et bien je pense que c’est une certitude en ce qui concerne Madame Dufour.

Les circonstances de cette période de pandémie, ne m’ont pas permis, comme pour tellement d’autres d’accompagner Madame Dufour, vers son dernier voyage, mais je sais que s’il existe vraiment un paradis, elle en sera un des anges puisqu’elle fut celui de mon enfance. Je suis triste, car c’est encore un morceau de ma vie qui s’envole, mais il reste des tas de souvenirs vivants dans ma mémoire, à la fois si lointains par le temps passé, mais pourtant si proches dans mon cœur.

 Mes pensées vont vers Monsieur Dufour et vers leurs enfants et petits-enfants.

Pascal Guillemoz 

 

 

 

Visits: 2 Visits: 361738

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.