Réponse au Maire du Creusot

 

 

 

SYNDICAT LIBRE DES CHOMEURS ET PRECAIRES DU CREUSOT

 

Monsieur le Maire du Creusot

Monsieur l’Adjoint  délégué aux Finances

HOTEL DE VILLE

Bd H.P. Schneider

71200 LE CREUSOT

 

Le Creusot, le 28 juillet 2020

 

Concerne : Subvention 2020

Votre courrier réf : 20/22 du 20 juillet 2020

 

Monsieur le Maire du Creusot,

Monsieur l’Adjoint délégué aux Finances.

 

J’accuse réception ce jour de votre courrier du 20 juillet 2020, et c’est avec beaucoup de plaisir je vous l’avoue que je prends connaissance de la suppression de notre très grosse subvention, celle que nous percevions depuis des années dans le cadre de nos activités au service de la population du Creusot, particulièrement celle qui connait la difficulté et le chômage.

Heureux de la décision de refus de subvention, oui car cela démontre que votre prédécesseur avait raison quand il ne me qualifiait de ni acheté ni achetable, votre décision démontre que c’est toujours le cas !

Heureux car de plus, lors de notre demande de subvention annuelle, notre secrétaire devait y consacrer beaucoup de temps, si elle n’avait pas été bénévole, remplir cette demande aurait eu un coût supérieur à la subvention qui nous est versée par la ville. Nous avons mis un point d’honneur à répondre à toutes les questions contenues dans le formulaire   ainsi que de fournir tous les documents demandés en toute transparence, (nous avons constaté que ce n’était pas le cas pour certaines associations grassement subventionnées par notre commune, voir rapport 2016 de la Chambre Régionale des Comptes) ce n’est pas nous qui le disons, bien qu’après consultation de documents en Mairie nous l’avons également constaté.

1

Heureux, car après avoir été menacé par un homme muni d’un couteau, qui lors de son audition devant la Police, n’a pas caché qu’il était adhérent au PS/REM du Creusot, après la réception d’une lettre anonyme reçue à mon domicile, ainsi que diverses tentatives d’intimidation, citant que votre courrier auprès de notre Fédération, où notre Président vous a rappelé l’indépendance de notre Syndicat et nous a renouvelé son soutien. Notre fierté est de ne pas céder devant l’arbitraire, ni face à un clientélisme institué. En qualité de Président du MNCP71, pas d’invitation aux vœux du Maire, la première fois en 15 ans. Pas de masque, ni de fiche d’information COVID, déposés dans notre boite aux lettres.

Heureux de nous affranchir d’une subvention qui inféode à un système en place depuis des décennies. Tu es gentil et tu collabores, tu as une subvention, tu dénonces certaines choses on te la supprime. De toute façon ce n’est pas notre vision de la démocratie, nul besoin de vous rappeler que nous ne sommes pas à vendre, dans l’histoire il y a toujours eu des incorruptibles !

Heureux oui car nous enlever notre énorme subvention, démontre bien que nous sommes restés   fidèles aux devises qui sont portées sur notre logo, « De la Parole aux Actes », nous avons prévenu, nous avons été francs, sans ambiguïté et nous agissons.

Heureux car même si les méthodes employées sont fourbes, basses et inacceptables, elles nous prouvent que nous avions raison de continuer de travailler sur certains dossiers nous mettant en danger, mais peu importe puisque nous avons mené ce travail à terme et comme il est dit « le travail paye toujours ».  Je vous rappelle que les subventions sont abondées par les citoyens de notre ville et qu’elles n’appartiennent ni au Maire, ni au Conseil Municipal et qu’elles ne doivent pas être utilisées à faire pression ou récompenser une certaine soumission, l’histoire jugera !

Heureux car la perte de cette énorme subvention  de 200 € ne nuira pas à continuer d’aider, d’accompagner vos administrés qui ont besoin de nous dans de nombreux domaines, nous sommes fiers de ce travail, André Billardon, un jour dans son bureau nous a dit « les gens que vous aidez, je ne les vois pas à la Mairie » et c’est bien là je l’avoue notre volonté inébranlable, servir les plus précaires, sans instituer certaines pratiques qui rendent les gens dépendants d’un certain fonctionnement connu dans notre belle ville. Nous soutenons l’autonomie, le fait qu’après un petit coup de main ils retrouvent une vie plus acceptable, nous n’avons jamais utilisé la devise « on ne mord pas la main qui vous nourrit » c’est d’autant plus simple que nous, nous n’avons pas d’ambitions électoralistes étant libres et apolitiques.

Heureux car les associations qui se voient retirer leurs subventions le sont pour la plupart par des municipalités d’obédiences extrêmes, je ne ferai pas de lien qui pourrait être pris pour injurieux, mais c’est là juste, un constat qui pose questionnement.

Nous avons aussi d’autres devoirs en qualité de simples citoyens, celui d’être vigilants quant à certaines pratiques. Je crois vous l’avoir écrit, il n’est pas question pour moi de me substituer à la justice. Ce travail est terminé et nous n’y avons plus d’interaction, qui vivra verra.

 

2

 

 

 

Mais n’oubliez jamais, quand l’automobiliste grille un feu rouge devant les forces de l’ordre, il ne peut demander à reculer puis se réengager cette fois au vert, cela n’annule en rien l’infraction commise et qu’elle sera de toute façon sanctionnée. Nous sommes tous responsables de nos actes, bien sûr personne ne peut prétendre n’avoir jamais fait une entorse au code de la route. Le reconnaitre, en accepter les conséquences et de se corriger est de l’ordre du devoir moral et citoyen.

Heureux, oui car je ne pense pas être plus parfait que d’autres, je pense vous l’avoir écrit également, mais aujourd’hui cet acte de rétorsion que vous effectuez à notre encontre, me rend fier de n’avoir pas cédé aux menaces, ni aux pressions de toutes sortes, je suis resté fidèle à mes valeurs et à mon honneur qui ne sont pas à vendre et même pas pour 200 € de subvention ! Dans quelque temps l’heure de la retraite va sonner après 15 ans de travail. Une petite équipe m’entoure et je lui dois beaucoup, comme les centaines de Creusotins que nous avons accompagnées lui doivent aussi beaucoup ; Quant à moi je n’ai aucun mérite et n’en revendique aucun, puisque homme libre j’ai suivi mes convictions humanistes et ce que m’avait inculqué certains de la Résistance, ceux que j’aimais et qui encore aujourd’hui guident mes pas d’homme et dont je garde leurs valeurs chevillées au corps.

Nous ne trouverons certainement pas de personnes aussi engagées que nous, pour continuer nos combats après notre départ à la retraite, mais en fermant la porte nous pourrons mesurer le temps passé et le chemin parcouru.

Mais rassurez-vous, nous avons encore des projets à mener à leurs épilogues, car nous les avons à cœur, de la parole aux actes, n’oubliez pas, nous le devons à ceux que nous apprécions. Notre association bien gérée, qui n’a pas vécue de demande de subventions d’urgence comme certaines au Creusot, a un budget qui sereinement lui permet de continuer ses projets sans crainte, malgré la perte de cette énorme subvention de notre ville, ce que nous prenions juste comme un peu de considération pour notre travail, elle n’était de toute façon pas à un niveau qui nous aurait mis en situation de dépendance, comme quelques associations (rapport 2016 de la CRDC).

Dans quelques temps les gens qui nous ont critiqués, seront peut-être informés de certaines pratiques. J’ai confiance en notre République et en sa justice. J’espère que ceux là qui nous ont critiqués, comprendront que notre travail n’avait rien d’idéologique, qu’il n’était pas dirigé contre tel ou tel, mais bien par l’idée que ce qui est écrit aux frontons de nos mairies « LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE » ne soit pas que de vains mots, mais une réalité, exigence indéfectible des citoyens et le fruit du combat désintéressé de la part d’autres.

Merci encore pour tellement de mansuétude, permettez-moi au nom de notre Syndicat de vous offrir cette petite citation d’Antoine de Saint Exupéry, pour lequel, vous connaissez mon attachement.

 

La politique, c’est l’art de consulter les gens sur ce à quoi ils n’entendent rien, et de les empêcher de s’occuper de ce qui les regarde car les mensonges et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion.

Antoine de Saint-Exupéry

 

3

 

 

Je vous donne rendez-vous dans quelques mois, le jour venu où notre idéal de justice sera devenu matière et que nous y aurons sculpté, nous simples citoyens, dans le marbre noble de notre belle République une exigence forte, afin qu’aucun, je dis bien, aucun ne puisse penser et surtout prétendre être au-dessus des lois, quelque fut le mandat qui lui est confié.

 

Ceci dit je n’ai aucune haine contre qui que ce soit, juste une idée humaniste qui ne souffrira jamais de compromission, d’abattement ou de lâcheté, je le dois à ces femmes et ces hommes que j’aime tellement et qui ont par leurs valeurs, construit l’homme que je suis !

Avec encore une fois notre profonde reconnaissance quant à cette suppression qui nous rend libres et nous confortent dans nos vraies valeurs.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint aux finances, l’assurance de ma profonde et sincère reconnaissance.

 

 

 

 

Pascal GUILLEMOZ

Adhèrent ANTICOR

 

 

 

 

 

 

 

 

Visits: 3 Visits: 439811

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.