Hélas, hélas, le poète à toujours raison et c’est encore le cas !

 

Le vent du midi s’abat en rafales
Sur la vallée noire où les arbres ploient
Leurs bras désolés fument des gitanes, j’ai froid
Une fois de plus tous les droits de l’homme
Sont foulés aux pieds sont jetés à bas
Les maîtres sanglés dans leurs uniformes, j’ai froid
Une fois de plus la grande injustice
La force imbécile triomphe du droit
Quand la liberté tombe sa pelisse, j’ai froid
Encore une fois les lettres anonymes
La bêtise épaisse en guise de loi
La salve éclatant au milieu de l’hymne, j’ai froid
Si la bête immonde sort de sa tanière
Nous retrouverons le chemin des bois
Mets dans ma valise un gros pull-over, j’ai froid
Dans tes yeux soudains ivres de colère
La révolte éclaire un grand feu de bois
Quand fera-t-il donc le tour de la terre ? J’ai froid
Visits: 5 Visits: 1165719

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.